DANS L’ARCHIPEL D’OSLO, EN PLEIN FJORD, NAKHOLMEN.

Nakholmen Nakholmen

Nakholmen

Nakholmen

Nakholmen

NakholmenNakholmen

Nakholmen

NAKHOLMEN EN QUELQUES MINUTES, QUELQUES HEURES, OU QUELQUES JOURS

MON EXPÉRIENCE

D’ABORD

Peu après mon dernier billet sur Oslo en Norvège, je reviens cette fois et comme promis sur Nakholmen, cette île à quelques minutes de la capitale. Car elle a bel et bien été le coup de cœur de mon court séjour. Allez trop savoir pourquoi. Il ne s’y passe pas grand-chose. On n’y trouve aucun commerce, peut-être un unique bar, je ne l’ai pas trouvé. Les activités possibles sont réduites. Sauf si peut-être, comme moi, vous aimez observer et que vous souhaitez tarder tranquillement devant la simplicité de ce petit bijou, ce cadeau de la nature.

A Nakholmen, on vient par bateau. On fait comme tout le monde, les locaux, ni plus, ni moins. Cet endroit n’est pas très connu des touristes étrangers.

On m’a d’ailleurs regardé étrangement quand j’ai avoué à voix haute que je désirais vivement m’y attarder pendant mon séjour.

Il n’y a rien à y faire m’a-t-on dit.

Nakholmen

Nakholmen Nakholmen Nakholmen

Nakholmen

Moi, je voulais boire ces cottages de couleur si banals aux yeux des norvégiens, si exotiques pour nous.

M’a-ton raconté, pendant la saison d’été ; on trouve sur ces terres, des Norvégiens en vacances. Des personnes à genou en train de jardiner, de se baigner, de bavarder sur un banc, de pêcher peut-être. J’imagine avec ce récit. Car l’incroyable est que malgré la douceur de cet après-midi ensoleillé quoi qu’un poil venteux du mois de Septembre, je n’ai croisé presque personne sur cette île aux jolies maisonnées de bois dont on n’a vite fait le tour à pied…en quelques minutes à peine.

J’ai exactement croisé un individu. Une seule et unique gentille dame blonde aux yeux clairs. Une jolie dame, souriante, d’un âge mur. Une queue de cheval ébouriffée sur la tête, de chouettes lunettes de vue, un tablier d’extérieur. Cette personne me fit la conversation un moment après que je lui ai fait un peu peur en l’interpellant. Je vous le disais, il n’y avait personne ce jour-là, sauf nous. Nous étions donc 2 et c’était surprenant.

Nakholmen

Nakholmen

Nakholmen Nakholmen

Nakholmen Nakholmen

Nakholmen Nakholmen Nakholmen

Nakholmen

Nakholmen

Nakholmen Nakholmen

Nakholmen Nakholmen Nakholmen Nakholmen Nakholmen Nakholmen

ET PUIS

Ce jour de semaine, j’ai pris la navette d’Oslo pour la modique somme de 3,60 euros. Je suis sortie prendre l’air pendant la traversée qui a duré environ 15 ou 20 minutes si on fait le total de la navigation et des diverses escales sur les précédentes îles en chemin.

Je me suis perdue dans mes pensées car je profitais de la vue ravissante. Puis j’ai voulu faire quelques photos à mon arrivée sur l’île. C’était si beau, cette vue sur les cabanons, les cottages de couleurs. On m’a bien entendu grondé car j’ai tardé à descendre. L’escale ne dure qu’un instant et il ne faut pas la manquer. J’ai sauté sur le ponton d’accueil. Il y avait là comme un arrêt de bus, charmant soit dit en passant, une étagère et quelques livres pour patienter.

Marcher, c’est ce que j’ai fait. Lentement. Heureusement, j’aurais trop vite fait le tour autrement et j’ai découvert une ruelle principale, les maisons qui pouvaient la longer et leurs jardinets tous si bien entretenus. Les couleurs vivifiantes doivent être là pour combattre la morosité de l’hiver ou pour accompagner les jolies fleurs du printemps.

J’ai vu des bancs, quelques barques vides, un pommier bien rempli. Puis, j’ai vu la lumière de chaque côté des côtes et c’est presque tout.

J’ai feuilleté quelques pages. J’aurais dû apporter un petit casse-croûte mais j’avais bien déjeuné et j’étais attendu pour dîner des gaufres plus tard dans l’après-midi.

Il y avait une petite brise.

Du gazon d’un vert éclatant, et des coquillages. Quand j’ai repris mon bateau de retour, je me sentais comme nouvelle. Comme à la sortie d’une séance de yoga pendant laquelle j’ai trouvé l’harmonie entre mon âme, mon esprit, mon cœur, mon corps.

J’ai presque tout dit.

Alors si vous appréciez les jolies choses. Ce petit hameau est à découvrir absolument. Peut-être est-il possible d’y louer une cabine pour le weekend…je n’en sais trop rien, je ne me suis pas renseignée.

Si le calme, la tranquillité et l’ennui vous font peur, cette adresse n’est probablement pas pour vous…

Nakholmen Nakholmen Nakholmen Nakholmen Nakholmen Nakholmen Nakholmen Nakholmen Nakholmen Nakholmen Nakholmen Nakholmen Nakholmen Nakholmen Nakholmen Nakholmen Nakholmen Nakholmen Nakholmen Nakholmen Nakholmen Nakholmen Nakholmen Nakholmen Nakholmen Nakholmen

ARCHIPEL D’OSLO : LES ÎLES DE NAKHOLMEN, LINDØYA, BLEIKØYA

INFO PRATIQUES

Des croisières de 2h sont possibles toute l’année du port d’Oslo (Sauf fjord gelé en hiver) mais pour ma part, j’ai préféré créer ma propre excursion à moindre coût et à mon propre rythme.

POUR REJOINDRE NAKHOLMEN :

S’arrêter à Aker Brygge. Devant l’hôtel de ville, en front de mer, des guichets sont disponibles pour l’achat de billets. Il est aussi possible de le faire grâce à l’application Ruterbillett au prix d’un ticket de métro (environ 37 NOK, soit environ 3.6 eur).

Le départ se fait sur les embarcadères devant ce même hôtel de ville en empruntant les bateaux B1/B2. Des navettes sont disponibles environ toutes les heures. Le trajet met 10 minutes pour Hovedøya, 15 minutes pour Lindøya, moins de 20 min pour Nakholmen. Il existe donc des bateaux au départ et au retour toute la journée. S’informer sur les horaires (au guichet, à l’arrêt…) pour ne pas manquer les derniers retours.

Ces îles sont toutes petites, rapides à découvrir à pied. Il est possible d’en parcourir plusieurs dans la même journée.

Pour une excursion organisée soi-même, le tarif est certes bien inférieur. Cela dit, il faut noter que cela se fait sans guide.

Nakholmen Nakholmen Nakholmen Nakholmen Nakholmen Nakholmen Nakholmen Nakholmen

POUR FINIR

Dans le fjord d’Oslo, on dénombre plusieurs petites îles proches du centre-ville. Avec Lindøya et Bleikøya, Nakholmen demeure vous l’aurez compris d’après moi un must. Remplies de petites maisons colorées, de jardins verdoyants fleuris, de petits ports aux bateaux de bois, et de plages, ces îles conservent un charme authentique indéniable car elles sont préservées du tourisme. Si Oslo est une capitale relativement tranquille, ces adresses s’avèrent être l’adresse idéale pour les Norvégiens souhaitant se mettre au vert, s’éloigner le temps de weekend ou de vacances de la ville. Tranquilles, car elles sont dénuées de commerces ou de routes, ces petites îles sont infiniment reposantes. Parfaites pour une pause nature de quelques heures, pour une balade à pied, pour une fraîche baignade, pour un pique-nique en bord de mer, elles ont été mon coup de cœur du séjour.

OSLO

Si ces quelques lignes vous ont intéressés, je vous invite à découvrir mon guide sur Oslo retraçant l’expérience d’un court séjour de Septembre.

C’est ICI. 

Je vous embrasse,

Lisa

 

 

 

 

 

Write A Comment