BELLECOUR, CONFLUENCE, RDV AVEC PAPA YÉTI…car IL EST REVENU

Liv sur la grande roue de la place Bellecour

Romy joue sur la place Bellecour

LYON, PAPA EST RENTRÉ POUR NOËL

NOS HABITUDES

AVANT CHACUN DE SES DÉPARTS pour l’etranger

Avant chaque mission, papa Yéti a un protocole. De petites manies qu’il aime répéter et ces dernières font désormais partie de nos repères familiaux.

Monsieur se coupe les cheveux, se rase et finit par nous dire au revoir.

Tel un pèlerin, il vit ses absences sans toucher à la repousse puis nous revient donc, à chaque fois assez chevelu. Et plus les absences sont longues et plus la broussaille est visible.

Vue sur Lyon

A SON RETOUR

A son retour, après un long voyage de 24 à 48h mêlant routes de brousse, avions, escales…il prend une bonne et très longue douche durant laquelle il tond tout ça, se fait beau pour nous.

Parfois, Yéti sort de l’avion, nous ne rentrons pas tout de suite à la maison. Nous profitons de quelques heures à 4 privilégiées en grignotant un truc dans un restaurant, en faisant une balade rafraîchissante, n’importe quoi pourvu que nous soyons ensemble. Là, la planète a donc la chance inouïe de profiter avec nous de ce papa PAS encore tout neuf mais bien touffu, négligé et rempli de l’amour qui n’attend que d’exploser.

Papa et Romy sur la grande roue

Lyon, mère et fille sur la grand roue de la place Bellecour

CETTE ANNÉE, QU’AVONS-NOUS FAIT?

Cette fois, c’était pareil. Juste avant Noël, papa est rentré, et notre famille a enfin pu se réunir pour les fêtes après une absence de plus de 2 mois. C’était long, c’était dur. Mais Yéti est là désormais et je peux enfin souffler. Son regard fort et rassurant est ici. Je peux enfin affronter la vie plus sereinement et tomber mon armure de double parent pour quelques jours. Je vais pouvoir revêtir ma plus belle coiffe d’insouciance, ma plus belle robe de légèreté, mes plus tendres escarpins et comme tout le monde, ou presque, profiter de ces minutes en famille avec les personnes qui comptent le plus avant que le vent ne vienne de nouveau me les voler, nous l’enlever…lui.

Ce retour s’est passé le 22 Décembre. Pour un amoureux du froid et de l’Avent, il a fallu s’adapter. Il ne nous restait clairement plus beaucoup de temps pour profiter de l’ambiance festive de la ville. Et la météo était douce, ça, on n’a rien pu y faire bichette.

Note pour plus tard, prévoir un voyage en Laponie, voir en Antarctique (mais il ira tout seul 😊) pour prochains avents réussis.

DAY 1, 22 DÉCEMBRE 2019

Nous sommes donc aller flâner sans but précis. On n’a pas fait de calèche en chantant Noël avec Santa. Ni découvert le marché de Noël de la Croix Rousse. On n’a pas non plus eu le courage de prendre la route pour festoyer au village du père Noël qui n’est pas tout proche.

Quand yéti a atterri, il pleuvait. Peu attirés par l’idée de mouiller les enfants en extérieur pour les entendre se plaindre tout l’aprem, on a donc foncé à Confluence pour une photo avec la légende de saison et pour avaler un morceau. On a pris notre temps, on a croisé un groupe de jeunes pères Noël, ils étaient vraiment très jeunes et au moins 5. Puis on est rentrés se reposer. Il faisait nuit, comme une vraie nuit d’hiver.

DAY 2, 23 DÉCEMBRE 2019

Le lendemain, fraîchement rasé, Yéti a emmené la tribu gambader sur la presqu’île, pour faire un tour de grande roue trop chère mais au souvenir magique et à la vue saisissante. Saisissante sur Fourvière d’un côté, puis sur le Rhône de l’autre quand on ne regarde pas ailleurs…le rouge de Bellecour ou des toitures, la rue piétonne de la République ou Victor Hugo bondées, la tour de la Part Dieu iconique.

Yéti a mangé tout ce qu’il ne trouve pas en Afrique…une bonne sucette artisanale au caramel, une gaufre au chocolat. Tout ça sur fond de chants de Noël, les enfants dans leur manège de la place Carnot avec leur tata chérie.

Liv et Romy ont vu cette fois le vrai père Noël. La veille c’était un faux. Il ne parlait même pas et en plus il avait une ficelle sur les oreilles. Alors qu’à Carnot, c’était un vieux monsieur tout blanc qui nous a dit qu’on a été assez sage et que malgré nos petites bêtises, il ne fallait pas qu’on s’inquiète car ça allait passer. C’était bon. Ouf, cette nuit-là, on a pu dormir sur nos 2 oreilles.

La photo a couté 5 euros. Elle était plus petite. Moins qualitative que celle de Confluence mais vieux monsieur était gentil et les bénéfices de nos sousous seraient, eux, versés aux enfants souffrant de cardiopathie. Moi ça me parle beaucoup + pas vous ?

Bref, on n’a rien fait de très original. Mais je crois qu’on était très, peut-être trop heureux.

On pouvait accueillir Noël, tranquillement, devant notre feu de cheminée. Le voici notre Noël, si vous ne l’avez pas encore vu:)

LA PLACE BELLECOUR

La place Bellecour, c’est un peu comme les Champs Elysées, c’est cliché et d’un Banal. Cela dit, je crois qu’elle n’est pas célèbre pour rien. On y trouve la statue de Louis 14 sur son cheval, une jolie vue sur la Basilique de Fourvière. Elle est au carrefour des iconiques rues de la République, et Victor Hugo. Sur la presqu’île, on peut y rejoindre au choix le Rhône ou la Saône. Elle est un lieu de Rdv incontournable pour les amoureux, les manif, les fêtes en tout genre. Piétonne, elle fait partie des plus grandes places de France. Et puis, la lumière y est divine. Le rouge de cette place m’évoque tant de souvenirs et visiblement, quand je relis les sourires qui accompagnent nos lèvres, je crains perpétuer lamentablement la tradition avec yéti sénior et juniors. Je serai une éternelle touriste amoureuse de ma ville.

Je vous laisse découvrir son histoire…ici!

Le canal de confluence

Si au départ, ce nouveau quartier crée en bord de Saône n’était pas très attractif à mon goût, il a désormais largement dépassé mes attentes.

Confluence ne possédait pas le charme ni l’histoire du reste de Lyon. Confluence ne pouvait rivaliser avec le quartier rose-orangé moyen-âgeux aux traboules incontournables de ma ville. Elle ne connaissait rien aux célèbres soieries. Ce tout nouveau n’arrivait pas à la cheville du Parc de la Tête d’or, ou n’avait pas les atouts de nos récentes berges du Rhône. Confluence a cela dit su conquérir mon cœur comme celui d’autres Lyonnais je pense.

J’aime  aujourd’hui flâner au bord de son eau dépaysante qu’il s’agisse de la Sâone ou du canal artificiel. Devenu gai, ce quartier surprend par ses couleurs vives ou ses immeubles aux architectures modernes, qui osent. J’apprécie les cadenas aux amoureux du petit pont.  La navette Vaporetto et sa vue imprenable sur les quais de Saône sont un attrait touristique certain mais tout aussi bien un moyen de transport en commun pratique. Le cinéma en Vo du centre commercial est un must d’après moi. Le musée de Confluence est un peu plus loin et il reste à faire. C’est un lieu de qualité. Les festivals et expos en tout genre de ce nouveau quartier (la Sucrière, l’embarcadère…) sont dynamiques tant pour les particuliers que les professionnels. Traînasser au Mobhotel fait partie de mes petits plaisirs.

En bref, pour les affaires comme pour le plaisir…de jour comme de nuit, Confluence a su me parler.

Je vous laisse découvrir son histoire…ici!

A VOTRE TOUR

Et vous, quelles sont vos habitudes pendant les vacances de Noël ? Qu’aimez-vous faire ensemble ? Descendre les pistes enneigées de ski quand cela est possible, engloutir un chocolat tout chaud ? Jouer au Scrabble ?

Et qu’aimez-vous à Lyon? Toutes les réponses sont bonnes, touristiques ou non!

Je vous embrasse les amis et je vous dis…encore une fois merci.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Write A Comment